Récemment dans la catégorie Collaborations durables


(transmis par Michel Falempe, enseignant-chercheur à l'école des mines)

090427_Rwanda_Groupe_Enfants.JPG
Objet : Développer la cuisson solaire afin d'éviter la déforestation au Rwanda, en prenant appuis sur une école et un centre de soins Rwandais pour la promotion, l'information, la démonstration et la formation à la construction et aux usages (l'école de Kiduha est une école pilote). Il n'est pas question ici de faire juste un montage carton/aluminium pour montrer que cela fonctionne, mais de faire un cuiseur hautement sécurisé, pérenne sur au moins 10 ans, avec un usage quotidien pour des groupes dépassant 350 personnes/élèves et facilement reproductible/déclinable localement.

Financement : Pour la partie Française, ce projet est labellisé « Projet d'avenir des lycées » par la région auprès des lycées : LEG Laborde Basse, et LEP du Sidobre, de Castres. A ce titre 8000 € sont versés par la région, et autant apportés par les partenaires et sponsors. Pour la partie Rwandaise subventions de programmes nationaux et internationaux en cours d'instruction.

Partenaires : Association faisant le lien avec le Rwanda : Comité de Coopération Castres Huye (CC)
Association coordination énergies renouvelables France : IDRR
Conseils conception : Michel Falempe docteur ingénieur expert procédés énergétiques, EMAC.

Besoins et Expérience de Kiduha : Pour l'école l'enseignement est obligatoire jusqu'à 13 ans et va passer obligatoire jusqu'à 16 ans. L'enseignement doit être gratuit et le directeur de l'école doit trouver les moyens de son fonctionnement. Or actuellement il n'y a pas de restauration suffisante. De même le centre de santé associé à l'école de Kiduha est un dispensaire et un centre d'accouchement où les femmes accouchent à la bougie, et où les familles apportent les repas.
Dans le passé par une intervention du Comité de Coopération des lapins ont été achetés, ce qui a permis de nourrir les élèves, puis d'en procurer aux familles. Avec les bénéfices, une vache a été achetée ce qui a permis de donner du lait aux élèves etc.. de même l'école à mis au point un centre de bouturage d'arbres et distribue des plants aux parents d'élèves à chaque réunion parentale. Un principe est de développer les formations au sein de cette école, de créer de l'emploi pour les familles et avec le bénéfice de financer le fonctionnement de l'école.

Les actions en cours : . Depuis septembre 2008, plus d'une dizaine de professeurs des 2 lycées s'est intégrée au projet, et surtout plus d'une centaine d'élèves a travaillé sur les aspects du projets : étude géographique et climatique, étude sociale et alimentaire, étude physique (énergétique en particulier) de la cuisson. Plusieurs classes du LEG ont travaillé sur des « marmites norvégiennes » construites pour l'occasion. Puis des classes du LEP ont pris le projet pour les phases de dimensionnement, de dessin et d'exécution. Un prototype français de 4,00m de long est en cours de construction, il sera instrumenté et testé par le LEG à Castres. En Novembre 2009, 6 élèves du LEP et 2 professeurs iront construire sa réplique au Rwanda et faire une formation des futurs formateurs Rwandais. Ce qui n'est pas le moindre des aspects, ce projet a permis à des élèves du LEG d'aller présenter leurs travaux devants les élèves du LEP (15 décembre 2008), et réciproquement ceux du LEP devant ceux du LEG (3 avril 2009).
090427_RWANDA_Cuiseur.JPG

Technique choisie : M.Falempe travaille depuis plusieurs années sur les différentes techniques de cuisson solaire pour faire plus que réchauffer, et cuire sans brûler, en évitant tout risque pour les proches de l'installation (éblouissements et brûlures). C'est plus au titre de la sécurité que du coût que tous les systèmes à miroirs et à concentration focale ont été éliminés. Le système reprend le principe du cuiseur individuel développé pour le Tarn : deux réflecteurs couverts d'une tôle d'aluminium récupérée après usage en imprimerie, forment un angle bien spécifique pour concentrer (taux de concentration de 3.5) le rayonnement solaire dans un coffre four ayant une face vitrée et les 5 autres isolées. L'ensemble étant placé sur un support permettant de suivre la course du soleil.




En ce moment-même, je suis au 2IE pour quelque temps où je participe aux journées scientifiques organisées par cet Institut.

J'ai quatre missions:

- la première est de renforcer les liens entre les deux établissements (une convention est en cours de signature). Cette convention permettra des échanges d'enseignants et d'étudiants. Il y a déjà un certain nombre d'étudiants européens (EPFL, ENGES, INSA Strasbourg) qui viennent se former à la l'ingénierie de l'eau dans les pays en Développement.

- la seconde est de participer à l'enseignement en Energétique (M1)

- la troisième est d'animer un séminaire scientifique prospectif pour la consolidation d'une thématique de recherche sur la biomasse. Une équipe , soutenue par le CIRAD, est déjà très active sur les biocarburants issus de plantes adaptées au climat Sahelien. Un labo a été construit et est opérationnel (fabrication de biodiesel, propriétés des biocarburants).

- la quatrième est de préparer le colloque que l'Emac et 2IE organisent en commun sur le thème de la valorisation des déchets et de la biomasse résiduelle dans les PED.

Si vous êtes intéressés par les thèmes développés au 2IE, par un échange académique ou un stage dans un des labos, contactez moi.


À propos de cette archive

Cette page est une archive des notes récentes dans la catégorie Collaborations durables.

Boite à outils est la catégorie précédente.

Colloque Education et Développement Durable est la catégorie suivante.

Retrouvez le contenu récent sur l'index principal ou allez dans les archives pour retrouver tout le contenu.